J’essaie de changer, mais je n’y arrive pas…

As-tu déjà essayé de changer l’une de tes habitudes de vie pour revenir, quelques semaines plus tard, au même point de départ? Avec en prime un sentiment de culpabilité par rapport à ce que tu considères être un échec… On passe presque toutes par là. 🤷‍♀️

Ce n’est pas qu’on est « faible ». C’est qu’on a passé des années à avoir les mêmes façons de faire. Elles nous sont familières et plus faciles d’accès. Le changement est nouveau, inconnu. Il exige des efforts de notre part. Il nous déstabilise. Quand on découvre ce qu’est le cycle de transformation, on se rend compte que c’est normal de vivre des difficultés lorsqu’on tente de changer ses habitudes. Cela fait partie du processus et exige du temps, de l’indulgence et une bonne dose de persévérance pour atteindre son objectif.

Le cycle de transformation se vit en 5 phases, comme représenté dans l’image suivante :  

Cycle de transformation

Normalité

La phase « normale » correspond à notre zone de confort. On s’y sent bien et la vie correspond à nos attentes. 

Événement

Arrive alors un « événement » qui vient perturber notre état. Cet événement peut être heureux (par exemple une naissance, une promotion, etc.) ou malheureux (la perte d’un emploi, une maladie, un décès, etc.). Peu importe, il nous déstabilise, nous oblige à agrandir notre zone de confort. 

Résistance

C’est là qu’apparaît une phase de « résistance ». C’est notre réaction première à l’événement. Il peut s’agir de douter de ses capacités, d’avoir peur des changements qui vont se produire, de refuser la situation qui se présente, etc. Cette phase arrive à tout le monde. Elle fait partie du processus de transformation et se doit d’être reconnue et accueillie même si elle n’est pas agréable. Si on n’en prend pas conscience et qu’on ne l’accueille pas, c’est généralement ici qu’on retourne à nos vieilles habitudes. Il existe une façon de passer à travers cette résistance : en ayant recours au STOP (se taire et observer patiemment) pour accueillir ce qui se passe et s’ouvrir à la confiance. Je l’ai expliquée dans l’article intitulé En tant que maman, je fais quoi de ces peurs qui m’habitent? Je t’invite à en prendre connaissance et à te l’approprier. Cette méthode est vraiment bénéfique pour passer à l’étape suivante. Je te suggère d’ajouter à ce STOP la méditation. Si tu ne sais pas par où commencer, voici un article qui t’explique ce qu’est la méditation : https://surlefil.ca/trop-occupee-pour-mediter/ et tu trouveras sur notre chaîne YouTube plusieurs courtes séances qui font du bien. 

Chaos

La quatrième phase est le chaos. Elle déstabilise, elle aussi, parce que nos repères habituels ne sont plus les mêmes et qu’on doit s’en créer de nouveaux. En se rappelant pourquoi on vit cet épisode et comment on veut être/se sentir une fois le processus terminé, on peut réussir à garder le cap sur notre objectif. Le désir de revenir au connu, à notre situation d’avant peut être tentant, mais on doit accepter de passer par cette étape pour en sortir grandie. Ici aussi, le STOP et la méditation sont vraiment utiles.

Intégration

Finalement, la dernière phase est l’intégration. C’est ici que les changements s’intègrent à notre rythme de vie, qu’un nouvel équilibre apparaît, que l’on apprécie le chemin parcouru et les bénéfices qui en résultent. 

Certains cycles de transformation vont se dérouler en quelque heures, d’autres en quelques jours, d’autres en quelques semaines. D’autres encore vont s’échelonner sur des mois, voire des années. Nous sommes toutes différentes. Nous ne réagissons pas de la même façon aux événements. Une chose est certaine, comprendre ce que l’on vit, l’accepter et mettre en place des moyens pour réussir à passer au travers a plus de chances de nous ramener vers notre bien-être rapidement. 

 

Martine De Grandpré

Martine De Grandpré

Ma soif d’apprendre s’est manifestée par de longues études : baccalauréat en enseignement du français au secondaire, maîtrise sur le transfert des apprentissages, doctorat en communication orale chez les enfants et postdoctorat en gestion des émotions. Mes plus grands apprentissages ont toutefois été réalisés grâce à mes deux enfants et à mon conjoint. Ils m’ont fait prendre conscience que j’avais besoin de ralentir pour être ce à quoi j’aspirais. Le chemin vers le yoga et la méditation s’est alors ouvert devant moi.

Vous pourriez aussi aimer

Les %?&*&?$ de devoirs et de leçons

Les %?&*&?$ de devoirs et de leçons

Même si je suis enseignante, les devoirs et leçons à faire avec mes enfants lorsqu’ils étaient au primaire (ils ont maintenant 13 et 15 ans et sont autonomes ou presque) n’ont jamais fait partie de mes moments préférés. Je sais qu’ils sont une occasion de consolider...

read more
Pour une rentrée scolaire en douceur

Pour une rentrée scolaire en douceur

Pour que la rentrée scolaire se passe en douceur pour ta famille, j’ai pensé te présenter des stratégies qui m’aident à passer à travers cette période intense. Après deux mois d’un horaire plutôt flexible, il est temps de remettre un peu de structure dans la vie de...

read more
Vider sa tête grâce au concept Zéro courriel

Vider sa tête grâce au concept Zéro courriel

Je suis de retour devant mon ordinateur depuis maintenant deux semaines. Malgré des vacances extraordinaires, j’avais quand même un peu hâte de retrouver mon petit bureau douillet et mes sessions d’écriture. En fait, j’ai réalisé que j’avais surtout hâte de mettre de...

read more