La littératie émotionnelle : une capacité à développer dès l’enfance

Le mot « littératie » fait référence aux « (…) capacités d’une personne, d’un milieu ou d’une communauté à comprendre, à communiquer ou à interagir, sur différents supports, pour participer activement à la société dans divers contextes inclusifs ». Il regroupe donc de nombreuses capacités comme lire, écrire, communiquer oralement, compter, utiliser la technologie, mais aussi gérer ses émotions et celles des autres. Cette dernière capacité n’est pas facile pour plusieurs d’entre nous et elle engendre nombre de maux dans notre société. Dans le but de vivre dans un milieu plus harmonieux et de ressentir le bien-être à l’intérieur de nous le plus souvent possible, il importe de développer notre littératie émotionnelle et celle de nos petits. Plus tôt ils sauront s’y prendre avec leurs émotions, plus douce leur vie risque d’être. 

Une émotion, qu’est-ce que c’est?

Pour y arriver, il faut d’abord savoir ce qu’est une émotion. Il s’agit d’un signal envoyé par notre corps pour nous informer qu’un de nos besoins n’est pas comblé et nous inciter à passer à l’action pour le combler. Les chercheurs s’entendent généralement pour reconnaître 6 émotions de base (qui peuvent être déclinées selon leur intensité) : 

  • peur (inquiétude, anxiété, insécurité…)
  • colère (irritabilité, frustration, rage…)
  • tristesse (mélancolie, déception…)
  • joie (plaisir, satisfaction, orgueil… 
  • amour (affection, passion…)
  • dégoût (mépris, rejet…). 

Vous en conviendrez, certaines émotions sont plus agréables à vivre que d’autres… Quand on ressent de l’amour ou de la joie, par exemple, on ne demande pas comment faire pour ne plus se laisser envahir par cette émotion. Pour la colère, la peur, la tristesse ou le dégoût, c’est une autre paire de manches! On préférerait ne pas les ressentir. Pourtant, le message qu’elles ont à nous communiquer est super important et l’ignorer fera en sorte que l’émotion se manifestera encore plus fort.

Pour décoder avec justesse l’émotion que nous vivons ou que vit notre enfant et le besoin sous-jacent, il faut d’abord nous attarder aux sensations physiques et aux pensées avant de pouvoir trouver l’action adéquate à poser. Tout un défi! Nombre d’adultes n’y arrivent toujours pas puisqu’on ne leur a pas enseigné durant l’enfance. Ils en font l’apprentissage en même temps qu’ils l’enseignent à leurs enfants. Il n’est jamais trop tard pour apprendre la littératie émotionnelle !!! ☺️

Comment traverser une émotion ?

De façon concrète, voici comment vous pouvez traverser vos expériences émotionnelles et celles de votre enfant (voire même celle de votre conjoint) : 

1. Connectez-vous ou amenez votre enfant à se connecter à son corps pour identifier les sensations physiques et ainsi identifier l’émotion associée. Si votre enfant est jeune ou n’arrive pas à nommer ses sensations, aidez-le en nommant ce que vous observez : « Je remarque que tes poings sont serrés, que ton visage est crispé, que tu respires rapidement. Tu me sembles être en colère. Est-ce juste ? »

Les sensations associées aux émotions

Peur Accélération cardiaque, baisse de la température de la peau, sensation de froid, poils qui se dressent, chair de poule, bouche sèche, estomac serré, mains moites, sang dans les muscles des jambes, visage qui pâlit
Colère Forte accélération cardiaque, importante augmentation de la température de la peau, sensation de chaleur, sang qui afflue dans les mains, mâchoire inférieure avance, tension dans la mâchoire, sourcils froncés, expiration plus longue que l’inspiration, poings serrés, envie de frapper
Amour Chaleur dans la poitrine pouvant aller jusqu’à la brûlure, ralentissement du rythme cardiaque, détente dans tout le corps, mains chaudes, rosissement du visage
Joie Coeur qui bat fort, mais la fréquence cardiaque ralentit, respiration ample, chaleur dans la poitrine, sourire
Tristesse Accélération cardiaque (moindre que la colère), baisse du tonus, serrement au niveau de la poitrine, crispation des membres, pleurs
Dégoût Lèvre supérieure retroussée sur les côtés, nez qui plisse, nausée, sensation désagréable au niveau du diaphragme, envie de vomir, ralentissement cardiaque, diminution notable de la température de la peau

 

2. Validez l’émotion que vous ressentez ou ce que votre enfant ressent : « Je comprends ce que tu vis, ça m’est déjà arrivé. Je sais que c’est difficile. C’est normal… Tous les humains sont confrontés à des émotions désagréables. » Prenez le temps d’accueillir cette émotion, de la laisser être présente en vous ou en votre enfant.

3. Identifiez le besoin non comblé (la raison pour laquelle vous vivez ou votre enfant vit cette émotion). 

  • Si la peur est présente, c’est qu’il y a besoin d’être sécurisé.
  • Si la colère est présente, c’est qu’une situation est interprétée comme étant injuste et qu’il y a besoin de rétablir la justice ou que les limites ont été dépassées et qu’il devient nécessaire de les affirmer.
  • Si la tristesse est présente, c’est qu’il y a un deuil à faire (d’une situation, d’une personne, d’un animal, d’une attente qu’on s’était fixée…). Le besoin à combler est la compassion
  • Si le dégoût est présent, c’est souvent qu’on ne voit plus ou pas le sens de ce qu’on fait. Il faut donc trouver du sens à ce qu’on vit. Par exemple, votre enfant ressent du dégoût à l’idée de manger du brocoli. Vous l’amenez à identifier le dégoût, vous validez son émotion et vous lui expliquez les raisons nutritionnelles pour lesquelles vous aimeriez qu’il goûte à ce légume.  

4. Trouvez des façons appropriées de combler le besoin : « Est-ce que ta réaction actuelle te permet de retrouver ton calme? Est-ce que réagir ainsi te permet d’être bien et de préserver des relations harmonieuses avec les autres ? Quelles autres solutions seraient plus appropriées? »

Cette façon que je vous propose de gérer vos émotions et celles des autres vous aidera à développer votre littératie émotionnelle. Avec de la pratique, vous deviendrez de plus en plus à l’aise avec les émotions qui vous envahissent, particulièrement celles qui vous embêtent. Comme les émotions font partie de notre expérience humaine, vous aurez assurément plusieurs occasions de vous pratiquer! ☺️ Comme pour l’apprentissage de la lecture ou des mathématiques, l’apprentissage de la gestion des émotions est un outil fondamental pour un meilleur contrôle sur notre vie. Accorder de l’attention à ses émotions leur permettra de se sentir acceptées et écoutées. Elles passeront d’elles-mêmes et une voie plus paisible se présentera.

Pour en apprendre davantage

Faber, A. et Mazlish, E. (2012). Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent. Nouveau-Brunswick : Éditions du Phare.

Filliozat, I. (1997/2019). Que se passe-t-il en moi ? Mieux vivre ses émotions au quotidien. Paris : JC Lattès.

Filliozat, I. (2019). Au coeur des émotions de l’enfant. Comment réagir au larmes et aux paniques. Paris : Marabout.

Filliozat, I. (2019). Il me cherche. Comprendre ce qui se passe dans le cerveau de votre enfant de 6 à 11 ans. Paris : Marabout. 

Références 

Lafontaine, L., Moreau, A.-C., Ruel, J., Morissette, É., Émery-Bruneau, J, Dumais, C., Messier, G. et Granger, N. (2017). Site de l’Équipe de recherches en littératie et inclusion, Québec.

Filliozat, I. (1997/2019). Que se passe-t-il en moi ? Mieux vivre ses émotions au quotidien. Paris : JC Lattès.

Pour d’autres articles sur la gestion des émotions, clique ici.

 

Martine De Grandpré

Martine De Grandpré

Ma soif d’apprendre s’est manifestée par de longues études : baccalauréat en enseignement du français au secondaire, maîtrise sur le transfert des apprentissages, doctorat en communication orale chez les enfants et postdoctorat en gestion des émotions. Mes plus grands apprentissages ont toutefois été réalisés grâce à mes deux enfants et à mon conjoint. Ils m’ont fait prendre conscience que j’avais besoin de ralentir pour être ce à quoi j’aspirais. Le chemin vers le yoga et la méditation s’est alors ouvert devant moi.

Vous pourriez aussi aimer

Quand la rentrée ne se passe pas comme prévu

Quand la rentrée ne se passe pas comme prévu

Si l’anxiété chez les enfants est un sujet que j’ai déjà abordé sur ce blogue par le passé, la rentrée scolaire que nous venons de vivre m’a quelque peu forcée à revisiter ce chapitre avec mon bébé. Et par bébé, je veux dire mon enfant de 5 ans qui vient tout juste de...

read more
La plus belle carte du monde

La plus belle carte du monde

Récemment, je suis tombée malade. En fait, le maudit virus dont on ne peut prononcer le nom s’est pointé le bout du nez dans notre foyer, et j’y ai goûté. En plus de perdre complètement la voix, mon corps s’est retrouvé dans un état profond de fatigue. Mon amoureux a...

read more