Santosha ou l’art de cultiver le contentement

Le yoga n’est pas qu’un exercice physique, loin de là. Pratique millénaire issue de l’Inde, le yoga place l’humain dans son intégralité au cœur d’une philosophie particulièrement bienveillante qui vise à atteindre le bien-être et la paix intérieure. 

Cette philosophie est basée sur 8 branches principales, dont une seule traite des postures. Pour le reste, il faut aller bien plus profondément en soi pour y accéder. Quand j’ai étudié la philosophie du yoga, j’ai été saisie par la justesse de certains principes. Ils s’appliquent encore tous à notre réalité, même s’ils ont été écrits il y a plus de 2000 ans! 

Santosha pour faire l’expérience du contentement

Santosha est un principe qui fait partie de la philosophie du yoga et qui se traduit grosso modo par « le contentement ». Sa pratique nous encourage à apprécier les plaisirs simples de notre vie quotidienne et à cesser de vouloir toujours plus. 

Car n’est-ce pas pourtant ce qui domine autour de nous présentement?

Personnellement, je me sens souvent envahie par toute la publicité à laquelle on est exposés jour après jour, et ce, dès qu’on ouvre notre téléphone, la radio ou la télé. On veut toujours nous vendre un peu mieux que ce qu’on possède déjà. Mais acquérir plus de biens matériels, plus d’argent ou plus de compétences pour le simple plaisir d’en avoir plus n’affecte pas réellement notre état mental et émotionnel. En d’autres mots, ça n’achète pas le bonheur. 

Je serai heureuse quand…

Quand j’aurai acheté ma première maison.

Quand la cuisine sera rénovée. 

Quand j’aurai des enfants. 

Quand le plus jeune fera ses nuits.

On a tous déjà pensé que le bonheur allait automatiquement frapper à notre porte lorsque  quelque chose qu’on attend depuis longtemps s’apprête à arriver. On se dit que notre vie sera encore plus belle, qu’enfin on sera là où on voulait être. 

Mais vouloir toujours plus, c’est un peu épuisant à la longue. 

Santosha, c’est un principe yogique extraordinaire qui nous amène à poser notre attention sur ce qui est là, ici et maintenant, et qui nous apporte déjà du bonheur. Le contentement, c’est une arme puissante contre la monotonie et l’envie. Ça permet de s’émerveiller des plus petites choses et de choisir constamment la lumière. 

La pratique de Santosha implique aussi de renoncer à se considérer comme la victime des circonstances extérieures en prenant l’entière responsabilité de notre réaction face aux situations (de toute façon, c’est la seule partie sur laquelle nous avons le contrôle!).

Remercier, apprécier et s’émerveiller sont des pratiques de yoga plus subtiles que les postures sur le tapis, mais elles sont tout aussi essentielles. 

Et toi, pratiques-tu le contentement au quotidien?

 

Marie-Claude Doyon

Marie-Claude Doyon

Rédactrice, traductrice et linguiste de formation, j’ai officiellement lancé ma première entreprise en 2018. C’est l’amour des mots qui m’a poussée à créer Rédac-Plus. Mais à force d’écrire pour les autres, j’ai aussi eu envie d’expérimenter ma créativité différemment. Inspirée par le féminin sacré et le désir de vivre dans l’ici et maintenant, je me suis formée à l’enseignement du yoga et de la méditation. Maman de deux p’tits loups et sorcière à mes heures, je poursuis mon chemin vers le slowpreneuriat une journée à la fois.

Vous pourriez aussi aimer

Faire du yoga avec les enfants, mission possible?

Faire du yoga avec les enfants, mission possible?

Quand je dis aux gens que mes deux garçons pratiquent souvent le yoga avec moi, je reçois généralement des regards surpris. Est-ce qu’ils font vraiment les postures? Ce n’est pas trop chaotique? Ils écoutent bien les consignes? Et pour être honnête… Non, pas toujours!...

read more
Je préfère pratiquer le yoga à la maison

Je préfère pratiquer le yoga à la maison

J’ai commencé à pratiquer le yoga avec ma mère alors que j’avais 2 ans. Nous nous installions dans le salon pour faire des postures. Ça a donc toujours été normal pour moi de pratiquer à la maison. Je suis allée en salle à plusieurs reprises, mais je dois avouer que...

read more